27 juin 2008

TVP Marianne de Briat. Le faux du type 2

Suite à la présentation d'un faux TVP Briat au type 2 sur le groupe de discussion fr.rec.philatélie, je me suis aperçu que j'avais omis d'écrire un billet sur ce timbre.


Je manque de références, de documentation et de renseignements sur ce faux. Je vais donc m'inspirer directement des constatations faites par Pascal Marziano dans le n°528 du Monde des Philatélistes d'avril 1998, en y ajoutant les quelques détails que j'ai pu observer.


Fiche signalétique : Le TVP au type 2 se distingue du type 1 par ses colonnes tramées au lieu de pleines, s'approchant davantage de l'aspect taille douce.Les barres fluorescentes et non phosphorescentes sont plus larges et mieux imitées. Elles mesurent 2 mm de large sur 22 de haut. Les bas de feuilles observés sont datés 9.10.95, RGR-1 et portent le numéro de feuille 40387-1.

Deux tirages sont identifiés :
1°) rouge clair, papier réagissant bleuté aux UV, encre rouge devenant orange fluo aux UV
2°) rouge terne, papier recouvert de une à trois couches de blanc masquant neutralisant la blancheur excessive du papier.


Paire horizontale non dentelée du premier tirage dont le rouge réagit orange fluo aux UV comme le 4,50 Briat du 10° tirage 04 au 07 février 97.

Exemplaire du premier tirage, dont les barres fluorescentes sont légèrement à cheval. Froissé, il provient très propablement des poubelles des faussaires. Cet état est "normal" pour ce timbre.

Il semblerait que les non dentelés du faux TVP au type 2 proviennent des saisies effectuées par la Police Nationale, division financière du Service Régional de Police Judiciaire de Marseille. Ceux-ci auraient du être placés sous scellés et remis à la justice et en aucun cas n'auraient du se retrouver sur le marché philatélique. (Une chance pour les amateurs de faux)

Cet exemplaire du second tirage, non dentelé confirme l'hypothèse d'une fuite des services de police ou du greffe du tribunal. En effet, il porte un fragment de la marque CONTREFACON apposée par le SRPJ.

Les exemplaires neufs et dentelés sont d'une extrème rareté. L'expert Pascal Marziano a pu en voir quelques uns lors de son enquête sur ce faux au SRPJ de Marseille ; Luc B. en détient une unité attenante au pont guilloché central.

Personnellement, je ne peux vous présenter que deux timbres provenant d'essais de dentelure.

Une présentation particulièrement spectaculaire !

Qui confirme par la même occasion que les barres fluo à cheval ne sont pas si courantes.



Lettre du second tirage ayant reçu peu de blanc masquant et laissant encore une forte blancheur transparaître.



Lettre du second tirage, papier mat aux UV.

Le faux TVP Briat au type 2 me semble et de loin être le plus rare des trois faux produits à Marseille. C'est également l'un des plus esthétique.
Le catalogue Dallay ne fait pas de distinction entre les trois timbres . Ceux-ci sont cotés 30 euros neufs, 25 oblitérés et 85 sur lettre.
Trouver un type 2 est déja difficile. A 30 euros, c'est mission impossible ou alors un superbe chopin !
------------------------------------------------------------------------------------------------
Difficile de répondre à la question posée par un lecteur (visible dans les commentaires).
Plusieurs hypothèses s'offrent en effet.
1°) Suite à l'arrestation des faussaires, un recéleur a attendu quelques mois avant de liquider les feuilles imprimées auprès de buralistes vereux qui les ont écoulées petit à petit pour ne pas se faire repérer
2°) L'un des faussaire est sorti de prison (où n'y pas allé) puis a négocié un stock non découvert lors de l'enquête pour se refaire financièrement
3°) ... Je n'ose envisager une fuite du SRPJ ou du tribunal d'un lot de feuilles neuves... mais vu les pièces disponibles provenant de l'un de ces services....
4°) Un ou plusieurs buraliste avaient des feuilles en stock et ont attendu que la nouvelle Marianne soit émise et que les tensions aient disparues avant de les sortir au compte goutte.
En tout état de cause, il y a eu plusieurs centaines ou milliers de timbres émis pour nous permettre de trouver des pièces actuellement. Ce type 2 même rare l'est bien moins que le faux de Lyon.... mais c'est une autre histoire

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Petite question : alors que la Marianne du Bicentenaire a cede la place a celle de Luquet fin 1997, comment se fait-il que ces faux furent utilises dans les annees 1998/2000 (d apres les TAD) ? Difficultes des faussaires a ecouler leurs stocks ?

Louccio a dit…

Bonjour,

Pour répondre à la question de cette personne :

Les lettres affranchies et oblitérées après 1997/1998 et jusqu'en 2001 le sont en majorités avec une contrefaçon du type 3, qui n'a strictement rien a voir avec celles de 1996-1997.
Les lettres affranchies après cette date avec un faux du type 1 ne sont pas courantes, celle avec un faux du type 2 et type de 2ème tirage, ce n'est pas la même histoire : elles sont rarissimes pour une période comprise entre septembre 1996 et le 21 janvier 1997, date de l'arrestation des faussaire et de la saisie de la quasi totalité du stock. Les lettres oblitérées après ces dates sont tout de même assez rares, elles proviennent de particuliers et entreprises qui ont achetés ces timbres, bien souvent en petite quantité et les ont écoulés au fur et à mesure du besoin.
Pour la contrefaçon du type 3, elle est apparue fin 1997 début 1998, après donc le retrait de la Briat au profit de la Luquet, émise le 14 juillet 1197.
Le bruit cour qu'elle vient de Corse mais que l'utilisation assez restreinte sur l'île aurait poussé les faussaires à lui faire traverser la Méditèrrannée pour se retrouver dans le Quartier de L'Estaque, 16ème arrondissement de Marseille ou bon nombre de plis en sont d'origine. Logique quand on sait que les bateaux de la SNCM accostent là !!!
Très mal faite et en plus sortie bien après le retrait du modèle original, elle n'aurait de toute façon pas berné bien longtemps la Poste, à la différence de celle de 1996 qui aurait pu avoir une longue vie si des philatélistes n'étaient pas venus mettre leur grain de sable dans un rouage parfaitement huilé !!

Pour finir, je ne pense pas qu'il y est pu avoir une fuite du greffe de tribunal, nous ne sommes plus dans les années folles et les portes sont bien gardées !!

Anonyme a dit…

Le faux de Lyon est peut-être rare, mais n'a pas le piquant ni la passionnante histoire qu'ont à nous raconter les faux de Marseille....

J'ai toujours été sceptique sur ce faux et lui préfère de loin les faux du Val de Marne qui a une histoire et celui de Seine et Marne qui commence à en avoir une.

Ce faux est trop rare pour être honnête, surtout pour une Marianne moderne. Les faux antérieurs ont été toujours écoulés par quantités.

louccio a dit…

Encore une ultime précision pour mon ami Olivier concernant les non dentelés et autres babioles que l'on peu trouver, en très petite quantité et expliquer ainsi pourquoi je suis quasiment certain qu'il n' y pas eu de fuites des greffes ( contrairement à ce qu'auraient espérer beaucoup de gens que je connais ):

Pour les non dentelés, quelques feuilles entières ont été offertes à diverses personnalités qui ont touché de prêt à l'enquête, je le sais que très bien pour en avoir acquis une il y a maintenant quelques années déjà. Je n'en ai depuis plus jamais revu
C'est également ainsi qu'une feuille entière (en version dentelée si ma mémoire est bonne pour ne l'avoir vue qu'une fois) avec la mention typique " CONTREFACON" du SRPJ de Marseille aux 4 angles mais n'altérant en rien les figurines s'est retrouvée au Musée du Luc, offerte par une personne de la " grande Maison " que je connais très bien et dont je tairais bien évidemment l'identité.

Pour les fautés, c'est un cadeau de l'équipe du commissaire Catherine Lenski, en charge à l'époque de l'enquête qui en a donné quelques exemplaires pour illustration d'articles dans la presse philatélique.

Il existe également une feuille complète,magnifique et spectaculaire bien qu'un peu froissée et qui à une place de choix dans ma collection. Je l'ai acquise de la même manière que la non dentelé.

Comme quoi, les connaissances.....

Timbres Francais a dit…

Merci beaucoup pour cette analyse très complète.
- Mathieu.