24 février 2008

Architecture philatélique


Au détour des rues de nos villes, il n'est pas rare de rencontrer quelques sculptures ou allégories diverses et variées. Il suffit bien souvent de lever les yeux pour découvrir de magnifiques ornement.

Un ouvrier imprimeur orne le fronton de la façade de cet établissement industriel tombé en ruine. Il n'en reste d'ailleurs plus que cette triste façade art déco. Peut-être que justement cette façade est protégée par un arrêté de classement des bâtiments de France.
Personnellement, je le souhaite, car elle fait partie du patrimoine de tout philatéliste Gaulois !!!
Vous devinez pourquoi ?...
Si j'ajoute que cette façade est située rue des Jacobins ! A AMIENS... Vous y êtes ??? Allez un petit effort.

Bravo!!!! Ce sont en effet les vestiges de l'imprimerie Yvert et Tellier dont il ne reste en centre ville que ces murs décolorés et sales.

La petite boutique qui il y a encore vingt ans ouvrait sur l'artère principale rue des Trois Cailloux a disparu. Transférée dans la toute récente galerie des Jacobins à quelques pas de là, elle n'attirait guère le promeneur. Il faut dire que le personnel était peu dynamique et que très peu de timbres étaient proposés aux philatélistes.

Finalement il y a quelques années, le magasin a fermé ses portes définitivement, remplacé par un marchand de meubles, décoration et jouets pour enfants.

Il ne reste donc de la Maison Yvert que cette façade, pour rappeler qu'en 1896, derrière ces murs était imprimé le premier Catalogue Prix Courant, Timbre Poste , Yvert et Tellier

----------===ooOoo===----------

Grâce à DaDo qui a laissé un commentaire, voici ce qu'en dit le site Patrimoine de France .org.


Imprimerie Yvert à Amiens (80)
Catégorie : Imprimerie, îlot adresse : Trois-Cailloux (rue des) 16, 18, 20 ; Jacobins (rue des) 35, 37, 39, 41éléments protégés MH : élévationépoque de construction : 2e moitié 18e siècle ; milieu 19e siècle ; 1ère moitié 20e siècleannée : 1926historique : Eugène Yvert, le fondateur de l' imprimerie, arrivé à Amiens en 1831, a installé son imprimerie rue des Trois-Cailloux en 1839. Le style classique du décor de façade de cet immeuble appartient vraisemblablement à la seconde moitié du 18e siècle. Le développement de l' imprimerie incite Louis Yvert, le petit-fils d' Eugène, à acheter en 1903 l' ancien hôtel de Mons, sis rue des Jacobins et mitoyen de l' immeuble précédent. L' existence de cet immeuble est attestée en 1774, mais il a été démoli et reconstruit en 1844 en respectant le plan ancien. Les bureaux de l' imprimerie sont aménagés dans le corps du logis et les dépendances ; ils ont gardé l' essentiel des décors en lambris d' origine. Un atelier couvert d'un toit en sheds est installé à l' emplacement du jardin. En 1926, Louis Yvert fait agrandir les locaux et installer de nouveaux ateliers conçus dans un style Art-Déco très novateur ; le bas-relief représentant un imprimeur devant une presse est un élément remarquable et représentatif de ce mouvement artistique en vogue. Les immeubles qui abritent l' imprimerie Yvert sont des témoins de l' architecture urbaine typique des centres villes anciens aux rues étroites, dont il n'existe plus guère d' exemple dans les rues centrales d' Amiens.propriété d'une société privéedate protection MH : 1999/12/09 : inscrit MHFaçades des immeubles de l' îlot Yvert, ainsi que la façade en pan coupé à l' angle de la rue des Corps-Nus-Sans-Teste et de la rue des Jacobins (cad. AK 80, 81, 84, 85) : inscription par arrêté du 9 décembre 1999type d'étude : recensement immeubles MHN° notice : PA80000018 © Monuments historiques, 1999

1 commentaire:

DaDo a dit…

Bonjour,
Comme vous le pensiez (l'espériez) les facades sont classées depuis 1999. Voir http://www.patrimoine-de-france.org/oeuvres/richesses-81-23462-155935.html#fiche .
Félicitations pour votre blog.
DaDo